-
 

Partagez | 
 

 happier - jamie&sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: happier - jamie&sarah   Mar 4 Avr - 20:20

happier
Jamie &
Sarah
I could fall or I could fly. Here in your aeroplane. I could live, I could die. Hanging on the words you say. I've been known to give my all. And jumping in harder than. 10,000 rocks on the lake. So don't call me baby. Unless you mean it. Don't tell me you need me. If you don't believe it. So let me know the truth. before I dive right into you.

Tes pas qui te mènent en ce lieu.  En cet appartement. Tu vas le rejoindre. Lui. Lui. Celui dont tu portes l’enfant. L’enfant qui grandit en toi. T’as encore du mal. Du mal à réaliser qu’un p’tit être se forme en toi. Qu’un mini toi et lui va pointer le bout de son nez dans quelques mois. T’réalises pas. T’es encore en panique. T’as des moments de lucidité où t’réalises ce qui va t’attendre. Ce qui va vous attendre. La responsabilité. L’énorme responsabilité que cela représente. Vous n’avez à première vue rien de parent. Deux jeunes pommés. Deux jeunes égarés que la vie a brisés au plus profond. Un moment d’égarement. Des nuits pour oubliés. Un oubli sérieux. Une inattention. Une graine. Et te voilà portant un enfant. Un gamin. Aucune fibre maternelle. T’ne sais pas si t’es prête à être maman. T’ne sais si jamais Jamie est prêt à être papa. Pommé. Perdue. T’as besoin de lui. T’as besoin de le sentir avec toi sur ce coup-là. T’as besoin comme jamais encore t’as eu besoin de lui. Toute seule. Toute seule t’te planterais sans aucun doute. T’as eu beau le détester depuis le départ de Liam. Mais au fond aujourd’hui et comme depuis ces quelques années. T’as réellement besoin de lui. De te sentir rassurer dans ses bras. T’le sais. T’sais qu’il doit être tout autant perdu que toi.  Mais vous êtes deux. Et le deux changent tout. Ton doigt qui appuie sur la sonnette. Tes jambes qui te mènent depuis son studio. Ton p’tit cœur qui s’accélère. Qui fait bouger ta poitrine si vite. Vous devez parler. Vous devez trouver des solutions. Ton p’tit poing qui cogne sur cette porte qui te sépare de lui. Son visage qui apparaît très vite. Tes pieds qui se mettent sur leur pointe pour déposer un tendre et rapide baiser sur le coin de ses lèvres. Et ton p’tit corps qui s’engouffre ton son p’tit chez lui. « ça va ? ». Un p'tit sourire sur le coin de tes lèvres.   
Made by Neon Demon


C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 834
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t905-don-t-be-so-rude-jamie

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   Mer 5 Avr - 15:06



happier
Tell me when you hear my heart stop. You’re the only one to know.


T’es dans ce canapé parce que c’est tout ce que tu fais de tes journées depuis qu’il a disparu de vos vies. Lui, ce frère que tu n’as pas su protéger. Protéger de lui-même, protéger de la drogue qui glissait dans ses veines, protéger de ceux qui l’ont abattu froidement. La culpabilité prend possession de ton âme, de ton être. Elle. Elle serait heureuse si cela avait été toi sur ce brancard, à regarder les lumières danser devant tes yeux éteins. Tu poses une vieille photo pour en prendre une autre entre tes doigts, plus récente. Cette photo n’est pas de celle que l’on encadre et que l’on accroche au-dessus de la cheminée pour se remémorer de bons souvenirs. Tu écrases le mégot de ta cigarette dans le cendrier, mais un léger filet de fumée blanche s’en échappe toujours. Tu soupires. Une image sur un morceau de papier glacé, et tu as su. Tu as su que ton destin était lié à ce minuscule petit être sur ce cliché. La main libre vient quérir cette autre photographie. Une confrontation entre le passé et l’avenir. Deux choses qui te paraissent pourtant si étrangères. Deux souvenirs si différents, mêlés comme jamais tu n’aurais pu l’imaginer, même dans tes rêves les plus fous. Papa. Ce même mot qui s’impose à ton esprit chaque fois que tes yeux sont clos. Papa. C’est ce que tu devras devenir pour veiller sur cet enfant, pour veiller sur Sarah. Papa. Tu n’as rien d’un parent. C’est à peine si tu parviens à subvenir à tes propres besoins. Tu poses les images sur ta pauvre table basse et appuies sur le bouton qui illumine l’écran de ton téléphone. Tu soupires. T’es paumé. Le temps passe, s’écroule. Tant de questions. Si peu de réponses. Tu lèves les yeux vers la porte sur laquelle quelqu’un cogne. Tu te redresses, traîne ton corps fatigué d’entendre tes doutes se propager en lui, tournes la clé dans la serrure pour faire face au visiteur impromptu. Il n’est pas nécessaire de regarder son visage pour savoir de qu’il s’agit : sa jolie crinière arc-en-ciel est un indice suffisant. Tu accueilles son baiser par un maigre sourire. Tu observes les traits de son visage un instant avant de te pousser de l’encadrement pour la laisser passer. Tu refermes la porte derrière vous. Tu rattrapes la jeune femme par le poignet et l’attires contre toi. Tes bras se referment autour de son petit corps alors que tu niches ta tête dans sa chevelure. Tu renifles son parfum. La seule véritable chose qui calme les dérives de ton esprit. Tu ne sais plus ce qu’il en est de votre relation, de cette étincelle de haine qui scintille dans son regard parfois, lorsqu’elle te regarde et qu’elle songe à son frère. Tu ne sais plus. T’as juste besoin de l’avoir contre toi. Tu ne réponds pas. « Et toi ? » Tu passes une main dans ses cheveux colorés. Instinctivement, ton regard se pose sur son ventre. Et le bébé ?



Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   Ven 7 Avr - 10:53

happier
Jamie &
Sarah
I could fall or I could fly. Here in your aeroplane. I could live, I could die. Hanging on the words you say. I've been known to give my all. And jumping in harder than. 10,000 rocks on the lake. So don't call me baby. Unless you mean it. Don't tell me you need me. If you don't believe it. So let me know the truth. before I dive right into you.

Tu es toi. T’es Sarah. Mais t’es plus vraiment Sarah. Un p’tit être qui grandit doucement en toi. Merde, t’as encore tellement de mal à réaliser ça. A réaliser les conséquences. Les conséquences de cela. Ce n’est pas une plante. Ce n’est pas un meuble. C’est un bébé. Un bébé. Un être humain. Il n’y a plus de Sarah toute seule. Plus de Jamie tout seul. Il y a trois personnes. Toi, lui et ce p’tit être. Parfois tu fermes les yeux. Et t’vois le bonheur. Le bonheur à trois. Ce bonheur dont t’rêves. T’vois une magnifique p’tite blondinette avec les beaux yeux de Jamie. Cette blondinette qui court dans le jardin. Chasse aux papillons. C’est le bonheur, les rires et la joie qui t’envahis. L’amour et la paix. T’oublie tout le reste. Et puis t’rouvres les yeux et tout revient. La douleur. La peur. La panique. Les responsabilités. Tout. Tout. Ton p’tit corps devant l’antre de Jamie. Son visage qui apparaît. Tes lèvres qui frôlent les siennes. Ce n’est pas un mais deux êtres qui rentrent chez lui. Sa main qui t’attrape le poignet. Son corps contre le tien. T’as besoin de lui. T’ne sais même pas toi à quel point t’as besoin de lui. T’as beau le détester. Le détester parfois. Quelque fois quand il te renvoi à ce terrible jour. Quand t’reprends conscience que t’aurais préféré avoir toujours ton frère près de toi. Et puis. Et puis t’réalises que les choses sont ainsi. Qu’il est là. Là et présent. Que, oui, oui, tu l’aimes. Et que t’as besoin de lui. Comme jamais. Que t’ne pourras jamais assumer sans lui. Qu’il aurait pu fuir. Fuir et te lâcher en apprenant la nouvelle de ce p’tit être. Mais non. Il est là. Là, dans ses bras. T’respires. T’respires. T’te sens un peu mieux. T’ne sais même plus ce que vous êtes l’un pour l’autre. Couple ? Ami ? Couple-Ami ? T’sais plus. Vous n’savez plus. Vous devez en parler. En discuter. Mettre des mots. Trouver des solutions. Apprendre et continuer ensemble. Ensemble. Lui et toi. Son souffle dans tes cheveux arc en ciel. T’sens son souffle sur toi. Milles émotions traversent ton âme. Sa voix qui résonne. « et toi ? ». Sa main dans ta chevelure aux dix couleurs. Son regard qui se pose sur ton ventre. Tes épaules qui se haussent. Oui et non. Non et oui. T’sais pas. En fait comme pour tout. T’es pommée. Juste pommée. Et puis t’sais pas quoi lui dire. Alors un sourire fugaces et rapides traversent tes lèvres. T’soupires. Alors que ta tête se pose doucement contre son épaule. « on doit parler jamie… ». C’était important maintenant pour toi. T’en avais besoin. Comme t’avais besoin de lui. « j’ai besoin qu’on en parle… comment on va faire, ce qu’on doit faire ou pas faire… ». Ta main qui rejoint la sienne. Tes doigts qui se croisent aux tiens. Comme un encrage. Un besoin de se sentir soutenu. Un moyen de ne pas tomber. Un moyen de te rassurer et de croire que vous êtes deux et que t’n’es pas toute seule.    
Made by Neon Demon


C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 834
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t905-don-t-be-so-rude-jamie

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   Mar 11 Avr - 10:27



happier
Tell me when you hear my heart stop. You’re the only one to know.


Tu réalises pas. T’y arrives pas. T’arrives pas à te dire que c’est vrai. Qu’elle est enceinte, que ce gosse est de toi. Une vie pour une autre. Cette même phrase qui te revient en tête chaque fois que tu penses à ces vies que tu as foutu en l’air. Le regard de ces gens qui t’ont fait comprendre que tu étais le seul et unique responsable, malgré leurs mots réconfortants. Mais elle, Sarah, n’a jamais cherché à te cacher la vérité. N’a jamais cherché à apaiser ton âme. N’a jamais cherché à te mentir. Tu lui as prit son frère, et tu es seul responsable. Responsable de la mort de Liam. Responsable de ce gosse dans le polichinelle. Responsable de ton échec. Responsable de cette addiction. Responsable de ses cauchemars. Responsable des tiens. Responsable de cet Enfer que tu as créé pour les personnes qui comptent le plus pour toi, pour lesquelles, toi, tu ne comptes plus, tu n’existes même peut-être plus. Ta vie s’est effondrée comme un château de cartes exposé au vent, ou aux mains malhabiles d’un enfant trop joueur. Pourtant, t’as l’espoir incertain qu’elle seule puisse y faire quelque chose. Qu’un jour, elle t’accorde son pardon. Juste le sien. Le pardon de cet immense monde dans lequel vous vivez serait inutile, si jamais tu ne parviens au sien. Tu ne survis plus qu’à travers elle. Tu vis pour l’aider à avancer, l’aider à retrouver ce bonheur perdu, reconstruire sur un champ de ruines. Alors tu la serres dans tes bras. Tu cherches la moindre trace de réconfort. La moindre trace de compassion pour te rassurer. Tu embrasses le sommet de son crâne alors que celui-ci trouve le chemin rassurant de ton épaule. Une main perdue dans ses cheveux, une autre entrelacée avec la sienne. Ses aveux qui trahissent le silence de ton appartement, rejoignent les tiens. « Je ne sais pas… » Avoues-tu. Tu ne sais pas. Tu ne sais pas ce que vous devez faire. T’es aussi perdu qu’elle. Tu renifles pour briser à nouveau ce silence qui s’installe. Tes doigts quittent sa crinière folle pour venir pincer l’arrête de ton nez. Tu fermes les yeux un instant, comme pour vérifier la véracité de cette scène. Tu la serres une dernière fois dans tes bras et la fais asseoir dans ton sofa. Tu récupères tes photos afin qu’elles retrouvent leur véritable place. Tu ouvres une boîte et les poses minutieusement à l’intérieur, veillant à ne pas retomber dans tous ces souvenirs qui s’offrent à toi. Rapidement, tu fermes le couvercle et pousses le carton sous ton lit. Ton regard se perd sur Sarah. D’un pas lent qui te caractérise, tu la rejoins et t’installes à ton tour sur le canapé, en tailleur. « Tu. T’as prit une décision pour… ? » T’as pas la force de prononcer la fin de ta phrase. Tu lâches un soupir désemparé malgré toi. « Tu veux le garder ? »

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   Jeu 13 Avr - 14:07

happier
Jamie &
Sarah
I could fall or I could fly. Here in your aeroplane. I could live, I could die. Hanging on the words you say. I've been known to give my all. And jumping in harder than. 10,000 rocks on the lake. So don't call me baby. Unless you mean it. Don't tell me you need me. If you don't believe it. So let me know the truth. before I dive right into you.

T’es là si proche de lui. Comment. Comment en ayant haït autant une personne. T’pouvais te retrouver si proche de lui. Avoir si besoin de lui en cet instant. T’l’avais détesté d’être là lui et pas Liam. T’lui avait jamais caché. Il a toujours su. Mais au fond vous vous retrouvez avec les mêmes douleurs. Cette perte. T’as perdu un frère. Mais il a aussi perdu un frère. Et maintenant en laissant la vie porter votre avenir. T’avais ce gamin qui grandissait en toi. T’avais ce p’tit être qui se formé. Et t’étais terrorisé. Terrorisé de savoir ce qui était en train de de passer dans ton corps. Et en même temps durant une minute t’te mettais à apprécier ça. Et t’réalisais. T’réalisais que cela n’avait pas de sens. Cela n’avait aucun sens. T’étais loin d’avoir la fibre maternelle. T’étais loin d’avoir ce qui fallait pour être mère. Comment allez-vous faire. Comment allez-vous pouvoir gérer ça. Alors t’étais là dans les bras de Jamie. Une fois. Il a surement fallu d’une fois. Une inattention. Une fois où vous vous êtes laissé un peu trop entraîner. Le père de ton enfant. Cet homme que tu as longtemps haït pour être là, lui, et pas Liam. Et aujourd’hui il était le père de ton enfant. Et tu avais terriblement besoin de lui. Comme jamais auparavant. T’étais perdu autant qu’il devait l’être. Ta tête contre son épaule. Ta main dans la sienne. Tes doigts dans les siens. Besoin de cette présence. Besoin de ce contact. Besoin de lui pour ne pas tomber. De son soutient. Tout ça. Tout ça, ce n’était peut-être rien. Mais c’était beaucoup. Sa main dans tes cheveux. Son étreinte. Ton p’tit corps contre le sien. Figer le temps. Vous devez parler. Vous ne pouvez pas y passer à côté. Mais t’aimerais tellement rester ainsi. Encore un petit peu. Silence. Pas un mot. Juste deux cœurs qui battent un peu trop vite. Enfin trois cœurs. Car dans cette pièce il n’y a plus deux cœurs mais bien trois. Trois. Trois pour combien de temps. Trois pour toujours. Trois. Trois cœurs. Boum. Boum. Boum. Les mots de Jamie qui brise le silence. Il ne sait pas. Comme toi. Vous ne savez pas. Personne ne vous a préparé à cela. Personne ne vous a préparé à être parents. Personne. Et encore moins avec votre histoire commune. Avec vos douleurs sur les épaules. Sa main qui quitte tes cheveux. Dernière étreinte. Invitation à rejoindre le sofa. Sa main qui quitte la tienne. Froideur qui se fait ressentir dans cette main. Tes fesses qui se pose le sofa. Ton regard azur sur Jamie. Il récupère des photos. Les mets dans un carton. Qu’il remet sous son lit. T’as aussi un carton comme ça. Des photos de Liam. Des photos de bonheur. Souvenir heureux. Souvenir douloureux. Son regard qui se perd sur toi. Son corps qui s’installe près de toi. Sa question. As-tu pris une décision pour… Pour quoi Jamie ? Pourquoi ne finis-tu pas ta phrase ? T’as du mal aussi. Parfois. A dire le mot. Deux syllabes. Deux syllabes qui mènent à beaucoup de changement. Beaucoup de responsabilité. Bébé. Un bébé. Et sa question. Sa dernière question. Le garder. Tu t’es posé un milliard de fois la question. Et l’évidence est là. Oui t’veux. Avorter, non hors de question de le tuer. L’adoption, non t’as été adopté, t’remercie tes parents de t’avoir offert cette vie mais au fond t’souffres de pas savoir qui sont tes vrais parents. Alors ton regard azur se pose dans le sien. Tes épaules qui se haussent. Ta bouche qui s’ouvre et se referme. Se rouvre et se referme. Puis t’finis par lui dire. « c’est une décision qu’on doit prendre ensemble Jamie….mais avant que t’me donnes ton avis, ta décision, t’dois savoir le mien et pourquoi… ». Oui il doit savoir. Il doit savoir pourquoi. Pourquoi t’veux le garder. Mais t’as aussi sa décision à prendre en compte. Vous êtes deux pour le coup. Deux. Lui et toi. Alors t’prends ton courage à deux mains et t’te lances. Ta voix est posée mais légèrement tremblante. « j’vais le garder, j’vais le garder parce que j’peux pas le faire partir maintenant, c’est juste impensable pour moi et j’ne veux pas de l’adoption, t’sais que j’ai été adopté et je donnerais beaucoup pour connaître mes parents biologiques  et j’ai pas envie qu’il se pose les mêmes questions que j’me pose depuis que j’sais que j’ai été adoptée….alors il ne reste pas beaucoup d’option, donc ….. j’vais… j’veux le garder … ». T’reprends ta respiration. Les larmes aux bords des yeux. Elles ne glissent pas. T’les ravales. « j’pourrais comprendre que toi t’ne veuilles pas avoir à assumer ce….ce … ». Bébé c’est facile à penser. Moins facile à dire. Cela rend tout si réel. Et pourtant t’finis par prononcer ces deux syllabes. « ce … bébé ».  
Made by Neon Demon


C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 834
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t905-don-t-be-so-rude-jamie

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   Dim 23 Avr - 17:55



happier
Tell me when you hear my heart stop. You’re the only one to know.


Les photographies ont beau être rangés dans cette petite boîte, cachée sous ton sommier. Elles ont laissé une trace indélébile dans ton esprit : alors que tu clignes des yeux, leurs couleurs t’apparaissent, les formes, les silhouettes, le contraste d’une vie heureuse et d’une vie pleine de souffrances. Un avant-après dont tu aurais pu te passer sans mal. Un avant-après que tu dois supporter sur tes frêles épaules. Un avant-après que tu dois soulever pour Sarah, pour ce petit être qui grandit de jour en jour dans son petit ventre maigre. Un avant-après insupportable, amenant son lot de souffrances, son lot de pleurs, son lot de tristesse interminable. Parfois, tu imagines que tu ne pourras plus être heureux, comme tu l’étais avant. Avec Liam, avec Sarah. Trio indestructible devenu duo fragile. Duo fragile redevenu trio. Trio instable. Vous n’êtes plus deux, mais bel et bien trois. La jeune femme à la crinière folle, le drogué sans emploi et ce fœtus innocent et pur. Une question qui reboucle dans ta tête. Qu’est-ce que tu dois faire ? T’as peur. T’es véritablement mort de trouille. Tu ne seras pas à la hauteur. Tu en as la certitude. Tu seras à l’image de ton propre géniteur, à l’image de ta propre génitrice : inutile, incapable. T’as pas l’instinct paternel. C’est à peine si tu peux t’occuper de toi, d’une plante verte. Comment tu vas faire ? Comment allez-vous faire ? Son parfum glisse jusqu’à tes narines, t’enivres, comme à chaque rencontre, chaque soirée passée ensemble. Un parfum que tu ne parviens jamais à oublier, malgré ses demandes répétées, réitérées, à l’instant même où les souvenirs de son frère refaisaient surface. Tu te frottes les yeux, comme épuisé par ces questions sans réponses qui trottent dans ton esprit. Tu t’assieds près d’elle, n’osant pas la toucher. Tu as la sensation de perdre ce droit quand ses yeux fuient les tiens. Pourtant, son regard perçant capte le tien alors que tu ne parviens pas à terminer ta phrase. Bébé. Pourquoi est-ce si dur de le dire ? Bébé. Pourquoi deux syllabes, un mot, peut être si difficile à prononcer ? Ce terme, ce simple nom commun, évoque beaucoup trop de responsabilités pour un homme comme toi. Beaucoup trop de responsabilités pour un gamin perdu comme toi. Tu observes ses lèvres qui s’agitent, ses yeux qui se noient dans des larmes sans pour autant les déverser sur ses pommettes rougies par les émotions. Ton cœur se tord. Ton plus grand malheur est celui-ci. Ton plus grand malheur est de la voir dans cet état. Tu lèves le bras pour caresser son visage du bout des doigts, mais te ravises alors que ta main frôle son épiderme. Les interrogations défilent devant ses pupilles. Tu les vois se dessiner dans son regard, tout autant qu’elles s’esquissent chez toi. Tu observes ses lèvres. Ses douces lèvres que tu as pu goûter maintes et maintes fois, dans un moment de faiblesse. Tendre moment de faiblesse. Sa voix résonne dans la minuscule pièce désordonnée et mal agencée que représente ton studio. Une décision que l’on doit prendre ensemble. T’attends que sa voix trahisse ses souhaits. Tu te plieras à son choix. Tu te plieras à ses attentes. Tu ne peux te permettre de la décevoir une nouvelle fois. Tu ne le supporterais pas. Tu perçois sans mal les tremblements dans le son cristallin de sa voix. Ses mots, les uns à la suite des autres. Sa décision. Son choix. Son avis. Tu fermes les yeux et déglutis un instant. Sarah peut imaginer que ton propre choix a une quelconque importance, mais il n’en a pas. Quoique tu dises, quoique tu puisses penser, sa décision est prise : garder ce bébé. Tu n’as rien à ajouter. Cet enfant est une erreur. Votre erreur. Aujourd’hui est venu le temps d’assumer. Tu prends une bouffée d’air, comme si tu en avais besoin, comme si l’oxygène comblant dores et déjà le creux de tes poumons n’était plus suffisant. Finalement, ta main trouve enfin le chemin jusqu’à son cou, sa joue ses cheveux que tu fais glisser entre tes doigts. Un maigre sourire se voulant rassurant prend position sur tes lèvres. « Je ferais tout c’que tu voudras. Tout c’que tu voudras, si ça peut t’rendre heureuse. Si tu veux ce- Si tu veux le garder. Je- » Tu n’arrives pas à trouver les mots justes. Tu n’y arriveras sans doute jamais. T’es trop maladroit pour ça. « J’essayerais de faire au mieux, d’être présent pour toi. Toujours. Tu t’souviens de la promesse que je t’ai faite ? J’serais toujours là. Et s’il doit faire parti de nos vies, ça ne changera pas ce que j’t’ai dit. » dis-tu. T’essayes de te rassurer, te convaincre toi-même. T’essayes de prétendre que ce sera facile. T’essayes de te montrer fort, alors que dans le fond, t’es complètement paumé.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



all we do

MessageSujet: Re: happier - jamie&sarah   

Revenir en haut Aller en bas
 

happier - jamie&sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» je te hais de tout mon corps mais je t'adore (jamie&sarah)
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Sarah Peverell

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALL WE DO :: Bienvenue à Edimbourg :: residences-