-
 

Partagez | 
 

 Sometimes, the fate is playing with us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité


all we do

MessageSujet: Sometimes, the fate is playing with us   Mar 27 Sep - 20:12


Sometimes, the fate is playing with us

Charlot l'abricot

Aujourd'hui, c'est journée tranquille. En effet, pour je ne sais quelle raison étrange, le directeur du lycée à mis tout le monde en congé et à fermé le lycée. Je ne comprends vraiment ce qui se passe dans la tête de ce bougre d'imbécile mais résultat, je me retrouve chez moi à tourner en rond. Et comme par hasard, aujourd'hui mon corps n'a pas décidé de faire la grasse matinée.. Je reste cependant un moment au lit avant d'enfin me lever. Je marche en trainant des pieds d'une façon totalement glamour et sexy jusqu'au salon.. Et là.. C'est bagdad. Mais genre vraiment.. Mon côté bordélique me perdra sûrement un jour. Mais quand je rentre du lycée, je n'ai ni l'envie, ni surtout le temps de ranger mon appart. Mais là, il va falloir que je le fasse. J'engloutit rapidement un croissant et une tasse de café avant de me mettre au rangement. J'aurai pu laisser tout mon bazar traîner mais ce soir je mange avec Charlie. Et j'ai eu la bonne idée de l'inviter à manger chez moi..

Il me faut trois bonnes heures pour enfin terminer de ranger tout ce bordel. Oui trois heures et non je n'exagère pas. C'est pour dire à quel point je suis bordélique. Je ne fais pas semblant. Une fois l'appart rangé, j'enfile rapido une robe assez longue, couleur bleue et une paire d'escarpins avant d'attraper mon sac et de me jeter dans la voiture pour aller faire des courses. Oui parce qu'en plus d'avoir un appartement en bordel, je n'ai rien dans le frigo. Et ça fait moyen d'inviter quelqu'un à manger avec un frigo vide. Je vois déjà de là la tête d'abricot tout rabougri qu'il ferai si j'osais faire ça. Bon ok, il a déjà une face d'abricot rabougri mais là, ce serait un abricot rabougri depuis plus d'une semaine.  

Il me faut peu de temps pour faire les courses. Je suis pas du genre à me casser la tête pendant trente six ans pour faire à bouffer. Un boeuf bourguignon fera l'affaire. Surtout que c'est la recette spéciale de ma chère grand mère. Je rentre chez moi après avoir fait une queue interminable à la caisse. La fin d'après midi est déjà là, et il est temps que je me mette au fourneau avant que Charlot n'arrive. Et c'est quarante cinq minutes plus tard que la sonnette retentit. Heureusement pour moi tout est prêt et je m'empresse donc d'aller ouvrir « Salut toi ! » je dis alors avant le laisser entrer et de lui faire signe d'aller s'installer.

© Fremione.



Dernière édition par Louise Mayfield le Jeu 20 Oct - 18:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: Sometimes, the fate is playing with us   Jeu 29 Sep - 19:30

Sometimes, the fate is playing with us

Quinze heure du matin. Décalage total. Tes paupières qui s'ouvraient et se fermaient presque instantanément. Gémissement. Rayons lumineux, trop pour toi. Tu t'es tourné du côté, tapotant quelques secondes le sol avant de finalement refermer tes doigts sur ton téléphone. Coup d'oeil sur l'heure, quelques messages, long soupire qui s'échappait d'entre tes lèvres. Ton bout de mort entre tes lèvres, la flamme qui venait chatouillait le tabac, t'étais encore dans tes draps, t'avais le temps, t'allais pas bouger de la journée, c'était ton petit temps de pause, une parenthèse dans ton quotidien. Le haut-parleur de ton portable qui crachait de la bonne musique, quelque chose de posé, quelque chose pour te lever du bon pied. Tu tirais une latte. Deux. La fumée s'échappait par les fenêtres entrouvertes, le brouhaha du balai incessant de voitures parvenait à tes oreilles. T'étais pas dérangé par le bruit, par le passage, par le boucan de la ville, t'étais bien le seul. Tes yeux rivés sur le plafond. Tu t'étais rappelé. Louise, un dîner, une invitation que t'avais pas refusé, ce soir t'étais de sortie. T'avais le temps. T'allais t'y prendre à la dernière minute, t'étais comme ça. Nouveau soupire. Tu voulais pas y aller. Gamin capricieux, il t'arrivait d'annuler quelques heures, quelques secondes avant et parfois même, en retard. Elle était gentille. Tu l'aimais bien. À petite dose seulement. Fallait te faire violence. Ton mégot qui s'écrase la tête la première dans le cendrier en verre, tu t'étais rapidement levé, quelques heures devant toi, tu traînerais les pieds de chez toi jusqu'à son petit foyer avant d'afficher un large sourire. Sourire qui serait peut-être sincère. Sourire qui ne le serait peut-être pas. Le temps qui filait et défilait sans que tu ne t'en rende compte, aucun tissus qui ne glissait sur ta peau si ce n'était celui d'un boxer, t'avais pris ta douche, c'était tout. Tu t'étais affalé dans ton lit, tes yeux rivés sur la télévision, tu zappais, unique occupation de ta journée. Ton regard qui se posait sur ton téléphone. Une demi-heure. Merde. T'avais attrapé un jean et un simple sweat, pas de tenue de soirée, c'était juste Louise. La porte qui claque. La portière qui se referme. Moteur. Miracle. T'étais arrivé à l'heure, ton doigt sur la sonnette, bravo champion. Sa voix qui se perd à tes oreilles, un sourire, un hochement de la tête, un salut silencieux. Tu t'installes pas de suite, envie de pisser qui te titille depuis que t'as posé le pied dehors, t'fais comme chez toi. « J'vais aux toilettes, j'prendrai une bière ! » Quelques minutes. Tes mains sous l'eau du robinet de la salle de bain, une sonnerie. Ton regard sur la porte de la salle de bain. « Louise il y a ton téléphone qui sonne ! » Silence. Tu soupires. T'as attrapé son portable, t'as décroché sans gêne. « B'soir, j'vous passe de suite Louise deux minutes. » Haut-le-coeur. Sueur froides. Tu divaguais, tu défaillais. Une voix masculine, t'as raccroché. Tes chaussures qui claquent sur le sol, t'as déboulé dans la cuisine, l'oeil noir. « T'aurais pas un truc à me dire ? » Animal pris au piège, t'allais sortir tes griffes, montrer tes crocs scintillant, t'allais pas crever ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité


all we do

MessageSujet: Re: Sometimes, the fate is playing with us   Jeu 20 Oct - 19:23


Sometimes, the fate is playing with us

Charlot l'abricot

Charlie viens bouffer ce soir et comme par hasard, j'ai rien dans le frigo. Et ça s'fait pas tellement d'inviter quelqu'un à manger en lui présentant une tranche de jambon et une tomate. Ca fait un peu mauvais genre quand même. J'enfile rapido une robe assez longue, couleur bleue et une paire d'escarpins avant d'attraper mon sac et de me jeter dans la voiture pour aller faire des courses. Il me faut peu de temps pour les faire. Les courses c'est un truc dont j'ai horreur alors plus c'est vite fait, mieux je me porte. J'fais la queue à la caisse pendant je ne sais combien de temps avant d'enfin rentrer chez moi. Une autre raison pour laquelle je n'aime pas les courses, la queue et ses vieux qui mettent mille ans à vider leurs sacs ou bien les gens insatisfaits qui beugle comme des putois sur une pauvre caissière qui elle n'a rien demandé à personne et qui est seulement là pour mettre un peu de piment dans les épinards

J'arrive chez moi en peu de temps et je m'empresse de déballer mes courses et là oh misère, je me rends compte que j'ai oublié le shampooing. C'est balo, en plus ce soir, c'est le jour où j'me lave les cheveux ! "Allo, t'es une fille et t'as pas de shampoing, Allo, nan mais allo quoi?" Et si j'étais une fille comme les autres, j'achéterai des lots, ou bien je prévoirai dés que le tube de shampooing commence à se vider. Tant pis pour moi. Chaque épreuve de la vie est une leçon. Une leçon que j'ai bien apprise et je ne referai pas deux fois la même erreur. Après l'épisode du shampooing, je me met à la popotte. Un boeuf bourguignon fera largement l'affaire, je ne suis de toute façon pas du genre à rester des heures derrière les fourneaux. La fin d'après midi est déjà là. Pendant que mon boeuf mijote, j'allume la télé, comme d'habitude il n'y à rien d'interessant, pour changer. Je met donc une chaîne au hasard. Ca parle du Qatar, il s'est vraisemblablement passer un truc là bas. Ils font les beaux les journalistes, mais le Qatar, c'est un K désolée de vous décevoir les gars. Je soupire avant de couper la télé. De toute façon, la sonnette vient de retentir. Charlie est là.

Je m'empresse d'aller lui ouvrir avec un grand sourire collé sur mon visage. Je le salue en lui faisant signe d'entrer et de s'installer. Il ne le fait pas tout de suite, il à envie d'pisser. Il y va tout en m'exprimant qu'il veut une bière j'hoche alors simplement la tête et je vais lui chercher une bière. Quelques minutes plus tard, je l'entends brailler de la salle de bain, m'indiquant que mon téléphone sonne. J'hausse un sourcil. Drôle d'endroit pour le laisser surtout que mon téléphone, c'est comme mon string, je l'ai toujours sur moi ! Enfin pour le string, ça dépend.. Charlie revient ensuite assez rapidement avec une tête déconfite. Ok, qu'est ce qu'il lui arrive encore ? Il me demande ensuite si je n'ai pas quelque chose à lui dire. Pause. Je réfléchis, aussi fort que je le peux mais je sèche. « Je skie super bien, j'ai eu des étoiles, même des étoiles filantes ! » je lui réponds alors en souriant. Ok, il va croire que je me paie sa poire mais là, j'trouve vraiment rien à lui répondre et le silence, ça me défrise alors il fallait que je sorte une connerie. J'efface mon sourire de ma tronche en voyant celle qu'il fait. Il est temps de reprendre son sérieux je crois. Je fais alors quelques pas vers lui « Je ne sais même pas de quoi tu parles Charlie. Expliques moi et à ce moment, je verrai si oui ou non, j'ai un truc à te dire.. » C'est vrai quoi, je cherche encore ce que j'aurai bien à lui dire et si il ne me dit rien, je vais avoir beaucoup de mal à m'expliquer sur ce que j'ai apparemment fait.

© Fremione.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



all we do

MessageSujet: Re: Sometimes, the fate is playing with us   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sometimes, the fate is playing with us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haitian Deportees Fate Now In The Hands Of Team Obama
» fate testarossa,vita chan et les autres.
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)
» United By The Fate, partenariat
» fan club de Fate (idée de michiyo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALL WE DO :: Archives rp-