-
 

Partagez | 
 

 come back + charlie&sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: come back + charlie&sarah   Jeu 22 Sep - 17:00


Charlie & Sarah

come back


T’enchaînais ton service au bar. T’préparais. T’servais. Ton faux sourire accroché à tes lèvres. Juste pour être accueillante et sympa. Ouverte. Depuis quelques jours c’est l’inquiétude qui te rongeait. Toutes  ses questions qui tournaient. Encore et encore et encore dans ta tête. T’en perdais la tête. Y’avais de quoi te rendre folle. Alors t’enchaînais au boulot. Plus t’travaillais. Moins t’pensais. Et moins t’pensais. Moins tu t’inquiétais. Et moins t’en souffrais. Alors t’te plongeais dans ton travail. T’servais ces ivrognes qui venaient se noyer dans leur verre d’alcool. T’servais ces p’tits jeunes qui croyaient que la vie était plus belle avec un peu d’alcool. T’servais ces hommes et ces femmes qui fuyaient leur vie de famille. Ou leur vie tout court. T’servais ces personnes venu juste réfléchir dans un verre. Verre qu’il ne finirait pas. Et repartirais sans réponse. T’voyais ces couples d’un soir ce formé. Ces amis de quelques heures se faire. Tout paraissait si simple là-dedans. L’alcool aidant. Aidant plus que nécessaire. L’alcool qui rendait toute la vie si facile. Si simple. Délié les langues. T’étais crevée. T’commençais sérieusement à fatiguer. T’avais très peu dormi ces derniers jours. Entre la disparition de Charlie. La découverte de ta grossesse. Tout cela cumulé. En quelques jours. T’avais beaucoup de mal à te remettre sur pied. Le stress. L’inquiétude. La panique. T’accumulais. Ton service prenait bientôt fin. T’allais retourner dans ton appartement. T’allais surement retrouver les bras de Jamie. Mais au lieu de ça. Tes yeux se posent sur cette ombre familière qui vient de passer le pas de la porte.

Il est sérieux. Il disparaît de la circulation. Te laissant sans nouvelle et morte d’inquiétude. Et il réapparaît là comme ça dans ton bar. T’pensais qu’il reviendrait. Qu’il reviendrait te dire. Te montrer. Qu’il allait bien. Que t’avais eu tords de t’inquiéter pour lui. D’avoir voulu l’enfermer. D’avoir voulu autant le protéger. Et puis les jours s’étaient écoulés. Sans nouvelle. Tes appels. Tes messages. Sans réponse. Silence. Introuvable. Et voilà qu’après des jours à t’inquiétais. Il passait la porte de ce bar où t’bosses. Ton service se termine maintenant. T’laisse congé à ton collègue. T’contourne le bar. Et tes pas vont vers Charlie. Le temps des quelques secondes où tes pas te mènent vers lui. T’sais pas encore comment t’vas réagir. T’sais pas si t’vas lui hurler encore une fois dessus. Si t’vas rester calme. T’sais pas. Et quand t’arrives en face de lui. Ton regard océan se pose sur lui. « charlie ». Son prénom qui se glisse entre tes lèvres. Et puis t’as un court instant où t’sais pas trop quoi faire. Comment réagir. T’as envie de lui hurler à la figure. Et en même temps t’es soulagé qu’il aille bien. Tu lui attrapes la main. Et t’l’emmène avec toi un peu plus loin. Dans un coin plus calme. Plus tranquille. Et ton premier réflexe a été de le serrer dans tes bras. Rapide. Fugace. Et puis deuxième reflexe. Ta main sur sa joue. Ton regard océan agaçait sur lui. « ça c’est parce que tu m’as laissé morte d’inquiétude pour toi et…et je voulais m’assurer que t’étais bien vivant ! ». A priori oui. Il était bien vivant. Le son de ta voix qui monte malgré toi.   « mais bordel t’étais passé où ? t’as disparu pendant plusieurs jours...j't'ai appelé, envoyé des messages, cherché partout...t'étais introuvable ! et t’débarque tranquille là comme ça ! ». T’te demandais  vraiment ce qu’il avait bien pu faire pendant ces quelques jours sans nouvelle. Il allait vraiment mais alors vraiment finir par te rendre folle.


Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Jeu 22 Sep - 20:27

come back

Vivre. Marcher. Respirer. Tu foulais le sol de tes semelles. Légère brise qui te caressait les joues et te chatouillait la nuque. Ton coeur qui battait. T'étais vivant. T'étais bel et bien vivant. T'étais pas six-pieds-sous-terre, t'étais pas plongé dans des draps douteux. On ne te pleurait pas. Chat noir pourvu d'une multitude de vies. Ton cul sur le toit d'un immeuble, bout de mort pincé entre tes lèvres. Le calme. Sérénité. Tu reprenais ton quotidien. Tu reprenais ton chemin. Les mains dans les poches. Les jambes qui se balançaient d'avant en arrière, tu t'autorisais une petite pause. Tes yeux azur qui suivaient les voitures quelques mètres plus bas, les âmes qui se précipitaient dans les bus, les taxis, les rues adjacentes, rien n'avait changé, rien ne semblait vraiment changer. Soupire. Ton corps en mouvement. Ton mégot qui s'écrase, ta semelle qui l'achève, la nuit t'appelait. Pas de but. Pas d'obligation. T'étais libre, libre d'arpenter les routes d'Edimbourg, libre de t'immiscer où bon de semblait, oiseau aux ailes déployés, t'avais le choix de te poser ou de planer, planer jusqu'à ce que le soleil caresse ton plumage, réchauffe les coeurs et les corps et seulement à cet instant, seulement à ce moment, tu déciderais de rentrer chez toi. Quelques jours de congés. Quelques jours de repos. Les éclats de rire qui se perdaient à tes oreilles, le vrombissement des voitures qui se faisaient de plus en plus rare, bientôt, les rues n'appartiendraient qu'aux noctambules, qu'à ces personnes qui vivaient sous les étoiles, sous cette lune tantôt rondouillette, tantôt grignotée. Une marche longue. Une marche sans fin. Ton regard se posait sur tout ce qui pouvait t'entourer. Les écriteaux lumineux qui clignotaient, attiraient le regard, attiraient les foules. Très vite, ton enveloppe charnelle s'était stoppée devant une porte. Quelques fumeurs à l'extérieur, quelques ivrognes déboussolés, désorientés, c'était ici, ta destination. T'avais passé l'encadrement en bois. T'avais balayé des yeux l'intérieur du pub. Tu ne t'arrêtais pas sur les détails, sur les visages, sur les silhouette. Une place. Tu cherchais une place. Bingo. Mouvements mécaniques, cible verrouillée, le corbeau allait s'y poser. Ton prénom qui résonne. Tes jambes qui se figent. Ton regard azur qui se pose sur l'âme planté devant toi. La fille au ch'veux bizarre. T'avais pas réagi, pas de suite, silencieux. Sa main qui enlace la tienne, qui te tire autre part, interrogation. Étreinte soudaine. Étreinte chaleureuse. Tes bras en l'air, grimace, douleur. Ses dix doigts qui s'écrasent contre ta joue. Douceur, violence et sa voix, à nouveau sa voix. T'étais vivant. T'étais bien vivant. Et soudain. C'est revenu. Tes yeux au ciel, rire. Tu lui avais promis. Tu lui avais promis de lui donner des nouvelles, un signe de vie quelconque, de ne pas la laisser dans le flou, dans le noir. Erreur. On ne devait pas te croire. On ne devait rien attendre de toi. Il t'arrivait de lancer quelques paroles, quelques mots qui ne feront que s'échapper de ta bouche. T'oubliais vite. Mémoire sélective. Trop peut-être. « ah ouais, c'est vrai merde, bah voilà, j'suis là, vivant. » Sans blague. Tes dents qui se dévoilent. T'étais fier. « ça a duré un peu plus longtemps qu'prévu, j'ai pris des jours de congés histoire de régler tout ça et puis, j'ai pas pensé à mon téléphone ou quoique ce soit. » Tête en l'air. « Tu dois pas être la seule. » Rassurant. T'avais tiré une chaise, posant ton cul dessus. « v'la, c'est tout. Évite les câlins, c'pas mon truc puis j'ai des côtes pétées. » T'aimais pas ça. Une douleur aiguë te transperçant de part en part, ça n'arrangeait rien. Soupire. « tu deviens quoi ? j'ai l'droit à un verre ? » Rien ne semblait s'être passé. La peur. Les cris. Les éclats de verre qui jonchaient le sol. Songes très vite balayés. T'avais repris ta petite vie.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Jeu 22 Sep - 21:26


Charlie & Sarah

come back


Ombre familière qui passe le pas de la porte. Comme toujours. Il revient dans ta vie. Comme toujours vous vous retrouvez. T’étais morte d’inquiétude pour lui. Il t’avait dit qu’il te donnerait de ses nouvelles. Il était partit se coucher. Quand t’avais ouvert les yeux il avait disparu. Disparu une nouvelle fois de ta vie. T’pensais le revoir un peu plus tard. T’attendais qu’il respecte ce qu’il t’avait dit. Mais les heures étaient passées. Les jours avaient défilés. Et juste son silence te répondait. Encore une fois. C’était comme ça finalement. Vous vous engueulez. Vous savez au fond que vous pouvez vous apprécier. Il disparait. Il t’abandonne quelques temps. Et puis il réapparaît dans ta vie comme un cheveu sur la soupe. T’devrais avoir l’habitude. Oui t’devrais t’y faire. Mais non. Non. T’y arrivais pas. Surtout pas cette fois. Ce soir il n’était même pas là pour toi. Savait-il seulement que t’bossais dans ce bar. Il ne t’avais même pas vu. Il avait tracé pour poser ses fesses sur une chaise. C’était toi qui étais allé à sa rencontre. Réagir. Fallait que t’réagisses mais t’savais pas comment. Les quelques pas que t’faisais vers lui. Tout tournait dans ta tête. Et jusqu’à arriver face à lui. T’savais toujours pas. T’savais toujours pas si t’devais lui sauter au cou parce que t’étais heureuse de le voir vivant et debout. Ou lui hurler dessus car il t’avait laissé sans nouvelle. Ta main qui attrape la sienne et tu l’embarques vers un coin calme. Plus calme et tranquille.

Etreinte rapide et soudaine. Et ta main qui suit sur sa joue. Tes mots. Tes mots d’inquiétude pour lui. T’lui signale que t’as appelé. Que t’as laissé des messages. T’l’as cherché. Et lui seul son silence t’as répondu. Ses yeux ciel. Son rire. Ca le fait rire sérieusement. Il te rend vraiment folle. Sa réponse t’agace au plus haut point. Genre normal. Genre j’ai oublié qu’il fallait acheter les légumes. Il semblait fier. Fier d’avoir oublié. Et t’avoir autant inquiété. Il t’énerve. Il t’énerve tellement là. Son explication ; quelques jours de congé. Histoire qu’a duré plus longtemps pour la régler. Pour son téléphone il a pas pensé. T’dois pas être la seule à avoir été inquiété. Ouais. Bah il aurait pu éviter avec toi. Il aurait pu te donner des nouvelles il t’avait promis. T’laisse échapper un p’tit rire. Eviter les câlins. C’est pas son truc. Et oups t’avais oublié qu’il avait des côtes cassées. « ah ouais, merde, j’avais oublié que t’avais des côtes péter…pardon ! ». T’es sarcastique. T’es énervé. Il t’a agaçait. De nouveau t’laisse échapper un p’tit rire. Qu’est-ce que tu deviens. Il te désespère. Il s’est assis sur une chaise. T’tourne les pieds. T’vas lui chercher son verre d’alcool. Tu meurs d’envie d’en boire un. Mais t’peux pas. T’sais que t’peux pas. T’peux plus. T’as plus le droit. T’attends un bébé. T’vas être maman. T’pouvais plus boire. T’lui rapporte son verre. Et t’as pris un verre d’eau pour toi. T’assois en face de lui. « t’avais promis charlie…tu m’avais dit que tu me donnerais des nouvelles…j’ai attendu encore et encore… t’as aucune parole… t’as oublié c’est facile d’oublier… ». T’as un ton assez mauvais. Mais tout en gardant plus ou moins ton calme. « j’te demandais pas de venir me voir….j’te demandais juste un sms, un simple message ‘je vais bien’, j’en demandais pas plus ! ». C’est la vérité. T’en demandais pas plus. Juste ses trois petits mots. Et merde t’avais envie de boire. De ressentir le goût de l’alcool dans ta bouche. Plusieurs jours. Depuis que t’savais. T’avais plus bu une seule goutte. Cigarette. Ta meurtrière. T’essayais d’arrêter. Mais là. Là t’peux plus. T’en prends une. La glissant entre tes lèvres. L’allumant. « j’suis contente que t’ailles bien charlie…même si tu t’en fiche complet comme d’habitude ! ». C’est sorti de ta bouche tout seul. « cela t’intéresse vraiment ce que j’deviens ? si t’veux savoir j’me suis pas seulement inquiété pour toi ces derniers jours, j’me suis aussi inquiété pour moi et mon avenir… ». Ton avenir qui ne sera plus le même. Qui sera différent que ce à quoi tu pensais. Ton regard océan se posait dans le sien. T’lorgnais son verre d’alcool du coin de l’œil. T’laissais seulement ta meurtrière pourrir tes poumons doucement.


Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Ven 23 Sep - 21:54

come back

Fantôme. Tu errais. On s'accrochait à toi, on t'appréciait, on t'aimait. On attendait quelque chose en retour, une marque de reconnaissance, d'affection, rien. Le vide. Tu l'avais prouvé une nouvelle fois. Ils devraient avoir l'habitude, à force. Ils devraient tous avoir l'habitude. Des choses qui te sortent de l'esprit, qui t'échappent, des oublis, c'était fréquent, c'était presque systématique. Tu t'éparpillais, t'étais distrait, tu repoussais à plus tard, à jamais. Promesse lancée contre le vent. Promesse qui s'était égarée. Promesse rapidement balayée. Quelques jours sans nouvelles. Quelques jours dans les rues, dans la gueule du loup, t'aurais pu y laisser ta peau, tes os. Cette idée lui avait peut-être traversé l'esprit, cette idée était peut-être pour elle, la seule réponse à ce silence. Pas un mot. Pas d'appel. Pas de signe de vie. T'étais déclaré six-pieds-sous-terre l'espace d'un instant, d'un long moment. Tu ne te demandais pas si le monde t'avait pleuré, si le monde s'était arrêté de tourner, de vivre, tu ne te demandais pas si ta disparition affecterait une, deux ou un millier d'âmes, non, tu t'en fichais pas mal. Égoïsme peut-être. Tu ne savais pas. Tu ne t'en souciais pas. T'étais comme ça au fond, détaché. T'avais foulé le sol du bar. Ta destination pour la soirée. Pour la nuit. Tes serres d'oiseaux de nuit plantés en ce lieu pour quelques heures. On avait frôlé tes ailes. Ton prénom qui se perdait et ton regard perçant sur la fille aux ch'veux bizarre. Elle t'avait embarqué avec elle. Elle t'avait attrapé de sa main maigrichonne pour t'entraîner dans un coin du pub. Douceur. Violence. Et ces paroles, ces paroles qui te revenaient. Tu l'avais oublié. Tu l'avais zappé. Elle t'en voulait, elle t'en voulait de ne pas avoir envoyé un message, un pigeon voyageur, de ne pas avoir fait de signaux de fumée, de ne pas avoir levé le voile sur ta possible mort. Légitime. Et puis ses mots. Ses mots doux. Contente de te voir. Contente de te savoir en vie. En un seul morceau. Ou presque. Phrase vagues, ton esprit distrait pas autre chose, autre chose d'étrange, de peu commun. « t'as un problème ? » Ton doigt qui pointait le verre d'eau. Pas d'alcool. Sa voix qui confirmait tes dires. Haussement de sourcil. « t'as fait un point sur ta vie et t'as décidé de plus boire d'alcool, de devenir vegan et d'aimer la nature, c'est ça ? » Rire. Rire moqueur. Une gorgée de cette délicieuse liqueur, terriblement brûlante, t'étais bien vivant. « Ecoute j'suis aussi contente de te voir mais t'sais très bien que moi et les promesses ça fait deux, j'ai oublié c'est tout. » Tes yeux qui balayaient le bar. Tu ne l'écoutais pas. Pas vraiment. « Puis peu importe c'qui se passe dans ta vie ça s'arrange, ça s'arrange toujours, regarde moi, j'étais condamné et puis j'suis là ! » Large sourire. Tes mains qui percutent ta poitrine. Merde. Douleur. T'avais oublié. T'avais oublié ce léger détail, ces os brisés. Quinte de toux. Douleur aiguë. Ta main qui se levait, lui dire d'attendre, lui montrer que t'étais un peu occupé, occupé à ne pas succomber bêtement à ce geste, lui dire que t'lécoutais pas vraiment. Calme qui revenait. « 'fin pas au top d'ma forme mais j'suis là » Ton dos qui embrassait le dossier de la chaise, tes jambes relâchées, détente. « c'est une bonne soirée ! j'ai l'impression qu'à chaque fois que j'te vois tu tires la gueule, si j'te fais cette effet je peux me barrer hein ! » Large sourire. Dernière gorgée. T'étais en forme. T'étais bien. T'étais bien mais c'était pas le cas de tout le monde.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Ven 23 Sep - 22:57


Charlie & Sarah

come back


Il t’avait oublié. Zappé. Mis aux oubliettes. T’lui en voulais encore d’avoir vécu une autre forme d’abandon. Cette fois ci il n’était pas juste devenu une ombre dans la nuit. Ce jour-là t’savais que t’le reverrais. Qu’il recroiserais certainement un jour ta route. Mais là. Là. T’savais pas. Tu t’étais levée. Il n’était plus là. Il était partit à ce rendez-vous. T’savais pas. T’connaissais pas son avenir. T’le croyais mort. Condamné. Inquiétude qui t’avais rongé. Son silence. Promesse brisé. Promesse oublié. Il n’avait pas tenu sa parole. Il t’avait encore abandonné. De façon différente. T’imaginant un millions de scénarios dans ta p’tite tête. Enfin son visage qui réapparaît. Qui réapparaît à la fin de ton service au bar. Ton bar. Celui où t’bosses. Même pas là pour toi. Même pas là pour te dire « hey oh j’suis vivant ». Juste de passage. Par hasard. Par ici. Comme si le hasard faisait partit de vos vies. Vos chemins. Toujours par hasard. T’lui fait comprendre. T’lui fait comprendre que t’lui en veux. Il aurait pu te donner des nouvelles. T’demandais pas grand-chose. Juste un signe de vie. Juste un sms. Un message. Pas une lettre de vingt pages. T’lui demandais pas la lune. Mais apparemment c’était trop demandé pour lui. Il avait juste disparu pour réapparaître comme une fleur dans la vie des gens. T’étais malgré tout heureuse de le revoir. C’est vrai. Pour une personne que t’croyais morte. Il était là bien vivant en face de toi. Vos engueulades t’auraient un peu trop manqué. Alors oui t’étais heureuse de le revoir en entier.

T’vas lui chercher un verre d’alcool. Après tout c’était ce qu’on venait chercher en passant la porte d’un bar. Toi. Toi t’n’as que ton verre d’eau. Depuis que t’avais appris cette nouvelle. Cette nouvelle qui allait bouleverser toute ta vie. Tout ton avenir. T’avais abandonné l’alcool dans un coin. Fallait que t’vive sainement maintenant. Que t’offres une meilleure vie à ce gamin qu’une mère qui boit un peu trop. Un problème ? Tout dépend sous quel angle on le regarde. Pour certain oui. Pour d’autre non. Toi t’sais pas. Un point sur ta vie. Non. Il fait fausse route complètement. Enfin oui t’avais en quelque sorte fait un point sur ta vie. Mais pas de la façon dont il le voyait. Qui aurait pu l’imaginer toute façon. Hein. Qui aurait pu penser à cela en te voyant. Il rigole. Il se moque. Toi. T’rigole pas. T’soupire agaçait. Il était content de te revoir aussi. Bonne nouvelle. Tient. Il admets que les promesses c’est pas son truc. Alors n’en fait pas. N’en balance pas. Cela évitera d’espérer quelque chose qui n’arrivera jamais. Là c’est toi qui laisse échapper un p’tit rire. Quel exemple. Puis t’grimace. T’as mal pour lui. Et là c’est pas ton étreinte qui lui a provoqué douleur. C’est lui tout seul. Comme un grand. T’soupire. Désespéré. Non c’est pas lui. C’est ta vie c’est tout. T’bois une gorgée de ton eau. Ton eau sans saveur. Sans goût. Sain. « le monde tourne pas autour de toi charlie…c’est pas à cause de toi…j’tire pas la gueule ! j’suis juste tourmenté c’est tout ! ». Ton regard océan sur lui. « alors non t’en vas pas… j’ai l’impression de te le répéter tout le temps, de ne pas partir, de ne pas t’en aller…à chaque fois qu’on se voit… ». C’est vrai. C’est toujours toi qui lui demande de rester. De rester à tes côtés. Pour passer quelques heures à ses côtés. T’es presque triste. Déçu. Comme si t’tenais plus à lui que lui tenait à toi. Haussement d’épaule. Nouveau soupire. Regard fuyant. « si pour toi, être enceinte c’est un problème alors oui j’ai un problème… alors j’sais pas trop comment cela va s’arranger vu que j’vais devenir … euh enfin j’vais avoir un gamin quoi ! ». T’as du mal à dire « mère », « maman ». A voix haute. C’était encore le réaliser. C’était mettre un point dessus. « bref j’ai pas un crise de vie existentielle de vivre plus sainement, être plus nature et tout…j’ai juste merdé ! ». T’as merdé. Et pourtant t’le veux ce gamin. Vous le voulez avec Jamie. T’repose ton regard sur lui.   « alors t’comprends pourquoi je t’en veux plus que nécessaire que t’n’ai pas donné de nouvelle, car en quelque jour, j’ai dû gérer mon inquiétude pour toi et mon inquiétude pour mon avenir et tout ce que cela allait engendrer ! ». T’espère qu’il comprenait. T’te lève de nouveau. T’repars au bar. Et lui ramène un nouveau verre. Que t’dépose devant lui. « alors oui c’est une bonne soirée t’es vivant…fêtons ça ! ». Un sourire qui se glisse sur tes lèvres. A son attention. Pour lui.


Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Dim 25 Sep - 0:42

come back

Libre. Ce soir, t'étais libre. Libre de te poser où bon te semblait, de t'envoler, battre des ailes vers un endroit bien plus intime ou bien plus grand, un immeuble, un squatte, chez toi. Un bar. C'était finalement ta destination. Quelques pas à l'intérieur, quelques coups d'oeil, une place. Et Sarah. Sarah qui débarque, Sarah qui te pensait six-pieds-sous-terre, Sarah que tu avais oublié, Sarah que tu avais zappé, une nouvelle fois, encore une fois. T'étais là. T'étais là, planté devant aile, petite fleur faisant irruption dans sa vie, petite fleur qui disparaît et réapparaît à sa guise, au gré du temps. La fille au ch'veux bizarres était rassurée, un peu énervée peut-être mais soulagée de te voir en un seul morceau, ou presque. Tes mots qui se perdent, tes mots qui se veulent rassurant, qui se veulent optimiste, tout s’arrangeait, tout s’arrangeait toujours, t'étais l'exemple parfait. Condamné, t'avais échappé à ta sentence. Centré sur toi-même. Tu ne voyais pas son mal-être, tu ne comprenais pas son message, t'étais aveugle, t'étais comme ça. Il t'arrivait de réprimander, il t'arrivait de rassurer, d'épauler, mais pas ce soir, pas maintenant, tu ne voulais pas, tu ne voulais pas voir toute la peine du monde, tu ne voulais pas voir les problèmes, les déboires d'une vie, imperméable à tout ce qu'on pouvait te confier, tu gardais ton sourire, tu gardais ta bonne humeur. Tout ne tournait pas autour de toi. C'était vrai. Mais tu pouvais rester. T'étais obligé, elle te l'avait demandé une énième fois, étrange répétition. Ton verre au bord des lèvres. Son regard qui file et finalement, ses paroles qui se heurtent à ta petite personne. Étouffement. La liqueur qui ne passe pas, t'as tout recraché d'un coup. Ton verre qui claque sur la table, ton air ahuri, sa voix qui ricochaient entre les murs du bar. Elle parlait. Elle parlait et tu ne l'entendais pas, tu ne l'entendais plus. Son cul qui se décollait de sa chaise, un nouveau verre, t'étais resté bloqué sur la nouvelle.« quoi ? » Rire. Rire nerveux. « quoi, quoi, quoi ? » T'avais pas l'air de comprendre. D'assimiler cette bombe qu'elle venait de poser devant ton nez. « Tu veux dire que... ? » Ton doigt qui pointait son ventre. Tes mains qui imitaient le gonflement d'un ballon. Gestes approximatifs. Silence. Tes yeux s'étaient levés au ciel, ton verre que t'avais descendu cul sec. C'était étrange. C'était drôle. Elle s'était retrouvé dans une situation délicate, un bambin qui poussait sous son nombril et pourtant, on avait l'impression que c'était toi, la femme enceinte. Rôles inversés. Tu semblais bien plus déboussolé qu'elle.« je euh.... félicitations ? » Ton air un peu perdu, haussement d'épaule. Tu t'étais laissé retombé sur le dossier de ta chaise, passant tes mains dans tes cheveux.« j'sais pas quoi dire dans ces moments-là, t'vas faire quoi ? Le garder ? Le faire adopter ? Organiser une babyshower et te ranger comme toutes les bonnes mères ? » T'avais sortis de ta poche, un petit bout de mort, un bout de mort illicites, un peu de tabac, un peu d'autres substances, t'avais besoin de quelque chose de fort, quelque chose qui t'aiderait à digérer, à assimiler les choses. Tu comprends pas trop ta réaction, tu comprends pas trop pourquoi t'étais comme ça, ce n'était que Sarah, ce n'était que la fille au ch'veux bizarres. Le bout du rouleau qui se consumait, tu tirais, tu tirais longuement, la fumée qui s'échappait d'entre tes lèvres, ton regard planté sur ton amie, situation délicate. « t'en as parlé à un ami ? Enfin à un ami plus ami que moi, t'vois quoi. » Nouvelle latte. « j'veux dire, on est pas si proches, ça doit t'faire du bien d'en parler à quelqu'un mais j'suis peut-être pas le mieux placé pour faire quoique ce soit. » Tu pourrais l'aider. Tu pourrais lui attirer des ennuis. Oiseau obscur, oiseau de mauvaise augure.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Lun 26 Sep - 11:51


Charlie & Sarah

come back


Pour quelqu’un que t’croyais six pieds sous terre. Pour une personne pour laquelle tu t’inquiétais. Il te semblait bien de bonne humeur. Et bien vivant. Ça oui. Faire la tête en sa présence. Partir encore. Non. Tourmenté. Perturbé. C’est tout. C’était pas sa faute. Là pour le coup il y était vraiment pour rien du tout. Du tout. Encore ta demande qu’il reste. T’avais l’impression de te répéter à chaque fois. Lui demander encore et encore de rester. Que t’profites un peu de sa présence. Surtout que ce soir il te paraissait bien optimiste. Et de bonne humeur. Et t’avais besoin ça au fond. T’étais heureuse de le revoir. Vivant. C’était certain. Même si ça t’agaçais qu’il t’ai ainsi zappé. T’commençais à avoir l’habitude. Rien ne s’arrangera. T’as un gamin dans ton ventre. Non. C’est pas prêt de s’arranger. C’est pas comme si t’avais un rhume. Une grippe. C’était pour la vie. Toute une vie. Demain cela ne s’arrangera pas. Ni dans deux ou trois jours. Alors t’lui dis. T’lui avoue. T’attends un gosse. Il l’apprendra jour toute façon. Alors autant que ce soit maintenant. Tu t’attendais pas à une réaction pareille de sa part. Il recrache sa gorgé d’alcool. Mouvement de recul. Son verre qui claque sur la table. Un sourire qui se dessine en coin. T’pensais pas que cela lui ferait cet effet-là. T’vas lui chercher un nouveau verre. Et il a l’air bloqué sur la nouvelle. Presque plus que toi quand tu l’avais appris. T’avais paniqué. Vraiment paniqué. Tu t’étais affolé d’un coup.

Son doigt qui pointe ton ventre. Ses mains qui imitent cette rondeur. Silence. Ses yeux aux ciels. Son verre cul sec. En fait t’avais presque envie de rire de la situation actuel. De sa tête. De ses gestes. Il semblait perturbé par la nouvelle. Dans d’autre circonstance. T’aurais explosé de rire. Clairement. Mais là t’te contentais d’affiché un sourire amusée sur tes lèvres. Son air perdu. Ses félicitations. Oui. Non. Le garder. Le faire adopter. Te ranger comme toutes les bonnes mères. T’laisses échapper un p’tit rire. Tu t’étais posé la question avec Jamie. Et le garder. Le garder c’était votre décision. Le faire adopter vous ne vouliez pas. T’avais été adopté. Même si t’étais tombé sur une bonne famille. T’voulais pas de cela pour ton bébé. Une bonne mère. T’essayeras de l’être. Même si la situation est compliquée. Et t’sais que rien ne sera jamais rose et posé pour toi. Rien que votre histoire avec Jamie est chaotique. Vous ne seriez jamais un couple de parent posé et parfait. Il s’allume son p’tit bout de mort. L’odeur qui te parvient à tes narines. Au fond t’te demande pourquoi il a réagi ainsi. Peut-être qu’il tient plus à toi que ce qu’il veut bien penser. Son regard océan sur toi. Haussement d’épaule. T’en avais parlé qu’à ton frère pour le moment. Et évidemment au père. Et à présent à Charlie. « on va le garder…on a pris cette décision-là ! le faire adopter j’me sentais pas, j’ai vécue ça et même si j’ai été heureuse, j’me demande toujours qui sont mes parents biologique et ce qu’aurais été ma vie si j’avais pas été adoptée…alors c’était hors de question ! ». Puis t’laisse échapper un p’tit rire. « non, c’est pas trop mon truc, les babyshower et tout ça ! non mais charlie, j’bosse dans un bar le soir, j’suis même pas en couple avec son père, enfin c’est compliqué pour le moment…alors tous trucs non merci…j’sais même pas si j’serais une bonne mère… ». Haussement d’épaule. L’odeur de ce qu’il fume. Qui te pique les narines. Tu lui enlèves des lèvres. Et l’écrase dans le cendrier. Sourire amusée. « désolé mais j’ai pas envie d’empoissonner mon gamin de suite ! ». Soupire. Gorgée d’eau. « y’a que le père et mon frère qui sont au courant ! et toi maintenant ! ». Ton regard qui se pose sur lui. « pour quelqu’un dont t’n’es pas si proche, t’as eu une réaction assez surprenante ! ». P’tite rire qui s’échappe de nouveau. Haussement d’épaule. « j’verrais bien ce que l’avenir me réserve et puis bientôt tout le monde le sera, vue que j’vais vite ressembler à une baleine ! ». Et puis de toutes les manières personnes ne peut rien y faire. Il n’y a rien à faire. T’lève de nouveau tes fesses. T’lui ramène un verre d’eau. Avec un p’tit sourire amusé. « autant que t’sois solidaire avec moi ! ». Ton regard océan qui se glisse dans le sien. « t’auras intérêt à ne plus me zapper, m’oublier, parce qu’une femme enceinte c’est pire qu’une femme tout court ! ». Avertissement lancé.



Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Mar 27 Sep - 0:20

come back

Un coup de plomb dans l'aile. Une annonce qui avait fait l'effet d'une rafale. Oiseau nocturne. T'avais finalement touché le sol, la terre, violemment. Sa voix qui t'avait traversée de part en part, ses mots qui se heurtèrent à ta petite personne, cette nouvelle et tes yeux, tes yeux sur son ventre, tes yeux sur elle. Ta liqueur qui n'était pas passée, ton verre qui claquait et toi, toi qui tentait d'assimiler le fait qu'elle n'était plus seule, une bombe à retardement, tu devais la prendre avec des pincettes, t'avais pas le choix, question de survie. Sourire amusé. C'était déjà ça. Elle ne pleurait pas, elle ne te hurlait pas dessus, t'en profitais, c'était pas tous les jours, c'était pas tout le temps, c'était rare même. Tes yeux azur planté dans les siens, tu l'écoutais attentivement, pour une fois. Elle le garderait. T'étais pas surpris, tu t'imaginais mal la fille au ch'veux bizarres abandonner quelqu'un, c'était presque une évidence, question idiote. Un sourire qui avait vivement traversé ton visage. Elle n'allait pas le faire souffrir, elle n'allait pas le faire souffrir comme elle a souffert, de ce manque, de ces questions qui tournent et se retournent mille fois dans les esprits, qui sont mes parents, pourquoi est-ce qu'ils m'ont laissé, qu'est-ce que j'ai fait de mal, j'avais pas une gueule correcte, autant d'interrogations qui restaient et restent sans réponses. Et enfin ces mots. Ces paroles. Elle sait pas si elle sera à la hauteur. Si elle sera une bonne mère. T'as rien dit, pas de suite. Ton bout de mot qui t'échappe et qui vient s'écraser la tête la première, grimace. Tu devais respecter les règles. Tu devais respecter sa santé. Leur santé. Nouvel éclat de rire. Elle n'avait pas tort. T'avais eu cette réaction, cette réaction étrange d'inquiétude peut-être, de surprise extrême sûrement. T'étais plus proche d'elle que tu le laissais pensais. Que tu voulais l'admettre. C'était pas mauvais, c'était pas la fin du monde, tu t'ouvrais aux autres indirectement, sans le voir, sans le vouloir probablement et pourtant, cette nouvelle, une baffe en pleine figure, t'étais tombé sur le cul. Elle s'était levé. Quelques pas. Reposait son dernière de femme enceinte. Un verre d'eau. Ton visage qui se tord, ton visage qui affiche une grimace d'incompréhension, c'était pas toi qui avait un truc dans l'ventre, un truc qui poussait, un truc donc tu devais prendre soin. T'avais poussé du doigt son petit cadeau, ta tête basculant de gauche à droite. Non. C'en était trop. Elle se la jouait vie saine, pas toi, t'étais trop habitué à ton bordel, à ces substances qui rongeaient ton corps, qui t'aidaient à supporter ce genre d'annonce. « t'en fais pas pour l'image de la baleine, il y aura pas tellement de changements. » Sourire sournois. Narquois. « par contre je veux bien que tu te la joues nana saine mais j'ai b'soin de mes poisons pour survivre, surtout si des annonces comme ça doivent me tomber sur le coin de la gueule tu vois, question d'survie » Tu t'es levé. Un verre au bar. Ta liqueur nocive entre les mains et finalement, ton corps qui s'écroule sur la chaise. Larve. « puis ça m'aide à supporter la douleur, t'vas quand même pas me laisser souffrir hein ? » Tes yeux de chien battu. Joueur. « en parlant d'survie, j'vais t'éviter ces neuf prochains mois, on a tendance à se prendre la gueule un peu souvent, j'aimerais éviter que tes hormones m'explosent à la gueule, le mec de la dernière fois, c'est rien à côté d'une femme enceinte, j'préfère éviter les ennuis. » Ton coude sur la table, ton menton dans tes mains. « oh mec... j'espère que t'arrivera à te stabiliser avant qu'il ou elle débarque. » T'aurais voulu la rassurer, lui dire que tout se passerait bien, que tu serais là pour l'épauler, l'aider, la consoler et pourtant, t'y arrivais pas, t'y arriverais pas, tu le savais, tu balançais des paroles en l'air de temps en temps mais pas maintenant, pas ce soir, parce que tu te connaissais trop bien, t'allais disparaître, t'allais t'éclipser de sa vie, quelques heures, quelques mois, quelques années, t'en savais trop rien. Tu te devais de prendre tes distances, ne pas la tirer vers le bas, ne pas la faire sombrer dans tes conneries, ne pas lui attirer des ennuis, corbeau, oiseau de mauvais augure tu préparais déjà ton envol sans qu'elle ne se doute une seconde de ce que tu tramais. La décision était prise. Tu battrais des ailes cette nuit pour ne jamais revenir, se détacher d'elle, de son existence pour un meilleur avenir. Un sourire qui se dessinait sur ton visage. Une gorgée. « j'te souhaite bien du courage. »



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Mar 27 Sep - 21:58


Charlie & Sarah

come back


Réaction surprenante. T’ne t’attendais pas à cela. T’avais eu la panique profonde et le calme apparent de Jamie. Le bonheur et la joie de ton p’tit frère qui t’avais enlacé comme si c’était la plus belle des nouvelles que t’pouvais lui annoncer. Son sourire comme jamais t’avais pu voir. Heureux. Vrai bonheur d’être bientôt tonton. Et puis t’avais eu la réaction de Charlie. T’n’arrivais pas à la qualifier. A la nommer. Surprise. Inquiétude. Pour quelqu’un qui disait ne pas vraiment tenir à toi. Il avait eu une réaction à l’opposé de l’indifférence qu’il aurait dû avoir si tel était vraiment le cas. Et puis ce gamin. Le garder. L’abandonner. Le garder. C’était ta décision. Le garder. L’abandonner c’est refaire le même schéma. Repartir à ton départ à toi. Abandon. T’avais une relation négative avec l’abandon. T’supportais pas d’être abandonné. Rappel incessant que t’n’avais pas été voulu à la naissance. T’te demandais encore aujourd’hui pourquoi. Pourquoi. Qu’avais tu fais pour qu’on ne veuille pas de toi. Comment serait ta vie si tu avais grandie avec tes parents biologiques. T’connaissais bien trop toutes ses questions. Toutes ses interrogations. T’veux lui empêcher ça. T’serais égoïste de lui faire subir ça. Cela t’étais passé par la tête. Comme avorter aussi. Mais t’pouvais pas. T’étais pas assez forte pour ça. Le doute d’être une bonne mère. T’sais pas si t’en es capable. Et pourtant. T’as décidé d’assumer. Stabilité. T’en avais pas. Et pourtant. Jamie va venir emménager chez toi. Finalement il avait raison. Au fond. Peut-être que tout allait finir par s’arranger. T’lui enlève son p’tit bout de mort. T’as pas envie d’empoissonner déjà ton gosse.

T’lui ramène un verre d’eau. Au lieu d’un verre d’alcool. Autant qu’il soit solidaire avec toi pour ce soir. Ta blague ne semble pas tellement lui plaire. Il semble ne pas apprécier que t’lui enlève sa boisson. Son doigt qui repousse le verre. Sa tête qui fait non. Message reçu. Ton regard qui le foudroie gentiment quand il te dit que pour l’image de la baleine t’avais pas à t’en faire car y’aura pas tellement de changement. Merci pour le « compliment ». C’est tellement gentil. P’tit rire qui s’échappe. Il avait raison t’avais pas le droit de le priver de ses poisons. Il pouvait faire ce qu’il voulait. Toi t’voulais être plus saine pour ton gamin. Lui n’avait pas à le faire. Survivre. Besoin de ça. Pour survivre. Il se lève et reviens avec un verre. Son corps qui s’écroule sur la chaise. Supporter la douleur. T’peux pas t’empêcher d’être amusée par son regard de chien battu. Un non de la tête. Non t’allais pas le laisser souffrir. Et puis t’as droit à un discours comme quoi pour raison de survie il va t’éviter pendant les neufs prochains mois. Il aimerait  éviter de s’en  prendre un peu plus pleins la gueule. A cause de tes hormones. T’aime pas vraiment ce qu’il te dit. T’sais pas s’il plaisante. Ou s’il est vraiment sérieux. Cela te laisse perplexe. Son souhait que t’te stabilise. Le courage qu’il te souhaite. Tes sourcils qui se froncent doucement. « j’sais pas pourquoi tes mots résonnent à mes oreilles comme un signe que t’disparaîtra de ma vie une fois de plus…. ». Regard océan dans regard océan. « et j’en ai pas envie… t’as raison de vouloir éviter une femme enceinte pleine d’hormones qu’elle contrôle pas…éviter les engueulades, parce que oui j’crois bien qu’on est les champions pour se gueuler dessus ! c’est ce que nous sommes ! et si peu j’serais une gentille femme enceinte qui n’explosera pas ! mais j’ai pas envie de te voir disparaître sans savoir quand tu réapparaîtras… ». Soupire qui s’échappe d’entre tes lèvres. « mais j’te remercie de tes encouragements… jamie va emménager chez moi, autant que les parents vivent sous le même toit, c’est mieux ! ». Sourire qui se glisse doucement sur tes lèvres. Discret. « puis d’abord t’insinue que j’ressemble déjà à une baleine ? t’es méchant en fait ! ». Amusée. T’as ce sourire devenu amusé. T’plaisante. Ton regard qui lorgne son verre de poison. Envie. T’en meurt tellement d’envie. Alors doucement. T’lui pique son verre. Et en bois une gorgée. Une seule p’tite gorgée. Avant de lui rendre son verre. Et boire de l’eau. Comme pour te donner bonne conscience. « j’en avais trop envie, c’est pas facile d’arrête comme ça ! ». Non ce n’était pas facile. Et encore moins quand quelqu’un buvait devant toi.  



Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Lun 3 Oct - 0:12

come back

Tes ailes rangées. Tes plumes qui ne flotteront pas ce soir. Tu ne t'envolera pas cette nuit, pas cette fois. Tu l'avais laissé dans le doute et la peur, tu l'avais laissé sans nouvelles, elle aurait pu se ronger les ongles jusqu'à l'os, s'arracher les cheveux jusqu'au dernier, elle aurait pu essayer de te chercher, de te retrouver, elle aurait pu faire beaucoup de choses dangereuses, pas sûres et toi, tu l'avais zappé. Ton esprit un peu perdu, un peu ailleurs, l'avait complètement effacé de ta mémoire, ce n'est que quand les traits de son visages ce sont dessinés devant toi, que sa petite personne t'avait attrapé le bras pour t'embarquer dans un coin un peu plus tranquille du bar et que sa main s'est retrouvé sur ta joue que tu t'es rappelé, que tu l'as calculé. On pouvait pas t'en vouloir. C'était dans ta nature, c'était ce qui te définissait, c'était un de tes côtés qu'on aimait pas, qu'on détestait même parfois et pourtant, on restait accroché à toi. Tes doigts qui suivaient le contour du verre, tes yeux posés sur la fille aux ch'veux bizarre, tu te remettais de cette annonce, de cette bombe qu'elle t'avait lâché en pleine gueule. Un marmot dans l'terroir. De l'eau. Ça t'avait mis la puce à l'oreille. Et ses mots, ses mots qui s'étaient heurtés à toi, enchaînement, la liqueur qui ressortait de ta bouche, tes gestes approximatifs, tes gestes hasardeux. Ton alcool qui s'en allait, ton alcool qui se transformait en eau et finalement, ton mégot qu'elle t'avait tiré des doigts avant de l'achever, tête la première, dans le cendrier. C'était trop. T'avais levé ton cul pour te resservir, tu ne portais rien au creux de ton ventre, tu pouvais te détruire, Sarah, elle, vivait pour deux. Tes paroles qui se perdaient à ses oreilles, vérité subtilement dissimulée, t'affichais des sourires, des rires, quelques piques glissés, elle ne se doutait de rien. Presque. Elle pressentait quelque chose, quelque chose qui n'allait pas lui plaire, qui allait peut-être la détruire un temps, elle se reconstruirait, pas de doute. T'avais dévoilé tes dents, rictus sincère, rictus désolé, elle avait tapé dans l'mile, t'allais rester muet. Elle ne voulait pas voir le corbeau que tu étais prendre ton envol, s'éloigner d'elle une énième fois, s'éclipser en attendant un retour qui pouvait ne jamais arriver. Nouveau sourire. Elle voyait l'avenir. Bravo championne. Ses remerciements, le sujet qui tourne qui change et finalement, l'histoire de la baleine, t'as pouffé de rire, elle n'était pas vive, elle n'était pas réactive, t'avais presque oublié ce pique, cette moquerie. Ses doigts qui se resserrent subitement sur ton verre, un peu de liqueur qui glissait et qu'elle ingurgitait, de l'eau pour se donner bonne conscience. « putain mais t'es complètement malade, tu veux que tu gosse devienne le dernier des cons ?! » Vif. Rude. Tu t'inquiétais, pourquoi est-ce que tu t'inquiétais ? L'instinct paternel qui remontait peut-être, sa santé qui t'importait sûrement. « la prochaine fois je te casse les deux bras comme ça tu résistera à la tentation. » La prochaine fois. La prochaine fois devrait être cette nuit, ce soir. Dès les premiers rayons, ton existence ne piétinerait plus la sienne, ta présence disparaîtrait, c'est mieux, c'était plus sûr. Ces quelques dernières heures, t'étais devenu son père, son grand frère, tu réprimandais. « si tu veux éviter d'ressembler à un cachalot faudrait bouffer sainement et arrêter la picole, ça s'rait pas mal. » Une gorgée. « même si t'es déjà en bonne voie pour jouer dans un remake du grand bleu. » Rictus narquois. Nouvelle pique. T'en profitais un peu. « plus sérieusement, sors-toi les doigts du cul si tu veux qu'ton gosse grandisse en paix, fais un peu l'ménage dans ta vie, tes fréquentations et tout l'bordel. » T'allais lui donner un coup de main en te jetant de ton propre chef. C'était déjà bien.



I CAN LIVE UNDERWATER

When I fall to my feet wearing my heart on my sleeve, all I see just don't make sense. Because all I need is the love you breathe. © signature by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Mar 4 Oct - 21:46


Charlie & Sarah

come back

Il avait recroisé ta route ce soir. Se posant dans ce bar. Ce bar où tu travailles. Ce bar où tu passes la plupart de tes nuits. Qui t’offres de quoi subvenir à tes besoins. Qui t’offres un toit. Qui te nourris. T’sais que tu pourras plus continuer ici longtemps. T’sais qu’à un moment donné t’devras dire adieu à ce travail. C’est pas la place d’une mère. C’est pas la place que t’dois avoir. Enfin t’crois. T’le suppose. Que pouvais-tu faire d’autre. Pas de diplôme. Pas d’étude. Les bancs d’école c’était pas ton truc. Qui voudra de toi. T’as pas envie que ton gamin grandisse au milieu d’alcool et de tout ça. T’as pas envie de le voir ce détruire avec tous ces vices. T’as pas envie qu’il finisse comme son oncle. T’as pas envie qu’il marche dans les pas que t’as suivi jusqu’à aujourd’hui. T’veux une vie meilleure. Une vie plus belle. Mais tout est si compliqué. Si difficile. Son père. T’sais même pas si vous êtes vraiment en couple. Tempête dans vos vies. Tempête dans ta vie. Les mots de Charlie résonnent dans ta tête. T’le perçois comme un signe d’adieu. Comme s’il voulait une nouvelle t’abandonner. T’comprends pas pourquoi. Car t’le vois. T’le sais au fond qu’il tient à toi. Sa réaction même à la nouvelle en est une preuve. Une personne qui ne tiendrais pas à toi, n’aurait pas réagi ancien. T’sens qu’après ce soir. Qu’après cet instant avec toi. Cet instant qu’il t’a offert. Il passerait le pas de cette porte et t’ne savais pas quand tu le reverrais. Peut-être jamais. Et t’aime pas penser à ça. T’aime pas cette pensée-là.

Tes doigts qui encerclent son verre. Pour t’abreuver d’un peu de son vice. Alcool qui descend dans ta gorge. Pas facile de résister à la tentation. Une gorgée d’eau pour te donner bonne conscience. Et une nouvelle fois la réaction de Charlie. Surprenante. Vif. Rude. Ses mots te percutent. Inquiétude pour ton gosse. Presque réaction paternelle. Fraternelle. Parfois t’en oublie que Charlie est plus vieux que toi. T’laisse échapper un petit rire. Y’aurait-il seulement une prochaine fois ? Pour qu’il puisse te les casser si jamais. Ton regard azur qui se pose sur lui. Mélange de tristesse et d’amusement. T’sais plus trop sur quel pied danser. Si t’dois être heureuse ou triste. « j’compte sur toi, charlie, une prochaine fois t’me casseras les bras si je me laisse encore tenter ! ». T’insistes sur prochaine fois. Message qui passe. T’sais que bientôt t’deviendras une vraie petite baleine. Il te taquine sur le fait que tu l’es déjà. Réaction tardive à son pique. Il a raison. Il te surprend. Avec ses conseils. Son inquiétude cachée. Ce n’est tellement pas Charlie. Ce n’est pas celui que t’connais. Mais t’aime bien ce Charlie là aussi. « c’est tellement tout ce que j’suis pas tout ça ! j’suis une morfale j’adore manger et n’importe quoi…équilibré j’sais même pas ce que cela veut dire… picoler, autant dire que j’ai du mal à dire à un verre ou deux…j’me suis foutu dans une histoire qui me ressemble tellement pas ! ». Ce n’était pas toi. Mais t’allais être obligé de devenir cette personne. Pour lui. Pour ce bébé. Ta langue qui se tire. Gamine. « t’es méchant en fait ! ». T’rigole évidemment. Plaisanterie. T’es pas en bonne voie pour jouer dans un remake du grand bleu. Du coup en rentrant t’sais que t’vas passer ton temps devant le miroir. Obsédé de devenir une baleine ou t’ne sais quel autre créature marine énorme. Et puis de nouveau. Ses mots. Sérieux. Faire le ménage dans ta vie. Il est marrant. T’rigole plus là pour le coup. Tes sourcils qui se froncent. Ton visage qui se ferme lentement. « oh et par ça t’veux dire toi… toi entre autre ! si je t’écoute, t’dois sortir définitivement de ma vie, j’dois éjecter mon propre frère aussi, vu qu’il passe son temps à boire et même à se droguer ! et tant qu’à faire je me débarrasse aussi de son père, bah oui, il boit trop parfois et n’a pas été toujours réglo…et comme ça au final j’me retrouve seule, seule pour élever un gamin !! réfléchis Charlie la plupart de mes fréquentations sont pas des bonnes personnes ! j’bosse dans un bar bordel, faire le ménage dans ma vie c’est autant dire quitter la ville et abandonner tout le monde et t’sais que j’peux pas le faire ! même si c’est pour ce gosse ! ». T’as été un peu sèche. Et t’le regrette un peu déjà d’avoir eu ce ton. Mais t’pouvais pas faire autrement. C’est sorti tout seul. T’sais que ce qu’il venait de te dire c’était pour ton bien et celui de ton gamin. Mais la vérité était là. Et fallait pas l’ignorer.


Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1127
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t640-i-m-just-a-sucker-of-pain-cha

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Lun 10 Oct - 23:50

come back

T'éloigner. Revenir. C'était fréquent. Tu disparaissais parfois quelques heures, quelques semaines, éternellement. On ne te retrouvait que très rarement, peut-être qu'au fond, on te cherchait pas vraiment. Le hasard plaçait tes amis sur ton chemin, quelques échanges, quelques bons moments et le noir complet. Il arrivait qu'ils reviennent d'eux-même, il arrivait qu'ils s'accrochent à toi si fort que rien ne pouvait réellement les balayer de ton existence. Sarah semblait être de ceux qui te collaient à la peau, qui s'échouaient à tes côtés sans raison, sans but, de ceux dont tu ne pouvais t'éloigner. T'aurais pu lui en coller une, que ta paume claque son visage, que ses bras de disloquent de son corps. T'étais pas son meilleur ami, t'étais pas la personne la plus loyal, la plus digne de confiance et pourtant, tu réagissais avec une certaine violence, une certaine préoccupation pour l'être vivant qui poussait sous son nombril. De l'alcool. Des cigarettes. Inconsciente. Pas de sourire. T'étais sérieux. Tu l'avais réprimandé comme l'on gronde un enfant, tu l'avais sermonner comme tu l'aurais fait avec un membre de ta famille, de ton entourage. Surprise. Une gorgée, tu l'écoutais se lancer dans un monologue interminable. Sa voix qui se perdait à tes oreilles une nouvelle fois. Elle ne pouvait pas faire le ménage dans son existence. Elle ne pouvait pas balayer les erreurs passées, les amis un peu trop nocifs, un peu trop dangereux, elle avait tapé dans le mile. T'allais lui faciliter la tâche. Elle n'allait pas apprécier. Tu t'en fichais pas mal. Mots crus. Ton sec. T'as pouffé de rire. Amer. « Effectivement, c'est d'la belle merde ta vie. » Rude. T'arrivais pas à comprendre son raisonnement, t'arrivais pas à comprendre comment elle pouvait être assise à cette table, t'arrivais pas à comprendre pourquoi tu l'avais encore en face de toi. Des responsabilités bousculeraient son quotidien, une âme de plus à chérir, à protéger, elle devait se barrer, elle devait prendre un nouveau départ, décision difficile, sacrifices. « Merde Sarah ouvre tes yeux un peu ! Tu pourra rien faire ton cul posé sur un chaise à te laisser aller à une p'tite gorgée, à une clope, vois les choses en face, t'le sais très bien qu'rester là, c'est te foutre dans la merde toi et ta famille. » Tes yeux au ciel. Situation que tu ne saisissais pas. « J'sais pas de quoi ta peur, pourquoi tu t'barres pas avec ton marmot loin de tout ça ! Rester dans ce trou c'est comme te dire que nous sommes suivis par des pierres, c'est bien la première fois et ça n'a aucun sens ! Alors dis moi c'est quoi ton problème, l'évidence est là et tu t'entête à vivre comme une merde ! » Elle n'était pas comme toi, Charlie. « Tu ne remarques rien ? Ou plutôt ne remarques-tu pas l’absence de ce que tu devrais remarquer ? Les gens sont calmes, ici, les gens se comportent normalement, reste avec ton frère ou avec moi et tu verras à quel point on est des animaux qui hésitent pas à se tirer dans les pattes et à descendre les autres plus bas que terre pour leur marcher dessus et essayer d'atteindre les étoiles avant qu'une autre semelle s'écrase sur notre gueule ! » Des calamars. Garons nous chers amis, d’oublier nos chers amis les calamars. Sublime petite saucisse volante. Mettez les ensemble, ils se dévoreront aussitôt les uns les autres. C’est la nature humaine... ou poissonnière. Au fond. Pourquoi tu t'inquiétais de son sort, de ce qui l'attendait ? « J'vais te dire, j'en ai rien à foutre de ce que va devenir ta famille, j'me demande pourquoi j'suis encore là à essayer de t'expliquer quoique ce soit, Mazel tov et longue vie à ton marmot. » Quelques billets glissés sous ton verre, t'as levé ton cul de ta chaise. Quelques pas, l'extérieur et une belle paire de jambes qui s'offraient à toi. Sourires échangés. Sa voix qui se perdait à tes oreilles, son doigt qui pointait une voiture, une idée derrière la tête. Eclat de rire.  « Ma poule ça c’est un canot. Mon vaisseau est magnifique et féroce et énorme et... et ailleurs. Pourquoi ailleurs ? » T'allais rentrer à pied.
Revenir en haut Aller en bas
avatar



all we do
verres de whisky : 1567
Voir le profil de l'utilisateur http://allwedo.forumactif.org/t644-sarah-give-me-love#7450

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   Jeu 20 Oct - 11:36


Charlie & Sarah

come back

Ce gamin qui poussait dans ton ventre. Cette petite chose dont t’ignorais l’avenir avec une mère comme toi. Un père comme Jamie. Un entourage comme tu avais. Il avait pas tords. Partir tout abandonner. Ne pas se retourner. Eloigner ton enfant de toutes ses mauvaises choses. Eloigner ton petit bout de toi de toute cette merde. Alors l’éloigner de toi aussi. Au fond. T’es pas saine. T’es pas l’étoffe d’une bonne mère. T’as pas l’étoffe pour élever un gamin. Et pourtant t’es là. T’es là et tu t’attaches à ce petit être. T’le veux. Il n’est pas arrivé pour rien. Il est arrivé pour une raison. Il est de Jamie pour une bonne raison. Pas juste comme ça. Pas par hasard. Pour une raison. Comme un signe. Un signe auquel t’crois. Alors non partir. Tout abandonner sans te retourner. Sans façon ce n’est pas pour toi. Il se dit ne pas tenir à toi. S’en foutre. Et pourtant sa route a encore croisé la tienne ce soir. Il est là en face de toi, en train de te réprimander. Te vouloir ton bien. Comme un frère. Comme un membre de la famille. Comme un ami tout simplement. Contradiction. Et t’sais qu’il va encore t’échapper. Partir. Te tourner le dos. Croyant bien faire pour toi. Croyant que c’est la bonne chose. Toxique pour toi. S’éloigner. Fuir. Encore et encore. Si tu l’écoutes. T’dois te séparer de ton frère. De la plupart de ton entourage. Et t’en es juste incapable. Incapable de tourner le dos aux gens que tu aimes. Pas comme lui. Pour lui cela semble si facile. T’es pas comme ça. T’as des attaches. T’supporte pas l’abandon.

Son ton sec. Il pouffe de rire. Ses mots qui te percutent ensuite. Il te jette ta vérité dans ta tête. Dur. Fort. Ta vie, une belle merde. T’le sais bien. Pas aussi pire non plus que la vie de certain. Ses mots qui continuent de briser tes tympans. Ouvrir les yeux. Tu les ouvres déjà. T’sais bien. T’en es juste incapable. Haussement d’épaule. Pourquoi t’te barres pas à ton gosse. Loin. Très loin. De quoi t’as peur. De n’avoir plus personne. De n’avoir plus aucune personne autour de toi. Sur lesquelles tu peux compter. Te retrouver juste seule avec ton gamin. Lui peut être que la solitude ne lui pose pas de soucis. Toi elle t’en pose un gros souci. Il ne te comprend pas. Et toi par contre t’le comprends. T’comprends son raisonnement. Il ne comprend juste pas que t’n’es pas comme lui. T’reste muette. T’ne dis mot. T’encaisse. T’te contente juste de recevoir ses mots. Dur. Et sec. Qui te mette mal. Qui te perturbe. Qui hante tes pensées. Qui se répètent sans cesse. Et une nouvelle fois. Il se lève. Glisse quelques billets sous son verre. Et te tourne le dos. Te laissant seule. Seule avec ses vérités. Seule avec ton esprit torturé. Tes pensées obsédantes. Des choix que t’ne veux pas prendre. Ton regard dans son dos. Son corps qui s’éloigne de toi encore. A jamais. Peut-être. T’sens que t’as envie de chialer. Mais t’retiens ses putains de perles de salées. Saleté d’hormone. Perdue. C’était ce que t’étais : perdu. T’attrape tes affaires. Et à ton tour tu quittes le bar. L’air frais du soir qui te foudroie. Frisson. Il est là. Encore. « charlie t’comprends pas….pour toi c’est simple, c’est facile de prendre tes affaires… de prendre ta petite valise et de partir refaire ta vie ailleurs, t’es un vagabond…. ». Vérité dite. T’pense savoir que qu’importe ce que tu diras. Il comprendra peut être pas ton pourquoi. « moi, j’ai ma famille ici charlie, j’ai toute ma vie, j’suis née ici, j’ai grandie ici, ma vie est ici, en ce lieu…j’ai mes parents, mon frère, le souvenir de liam, mes amis …j’ai tout ici… partir c’est me retrouver toute seule, et j’ai horreur d’être toute seule ! ». Et pour une fois t’as un ton neutre. T’es ni sèche, ni mauvaise, ni rien. T’es neutre. Blasée. « même si c’est pour le bien de ce p’tit, je ne peux pas partir, je ne peux pas tout lâcher… j’suis pas comme toi... ». Soupir qui s’échappe d’entre tes lèvres. Doucement. « t’vas certainement encore disparaître de ma vie pour toujours ou pas j’ne sais pas…mais que t’le comprenne ou non, ma vie va oui être bousculé, changé, mais j’suis pas prête non plus à tirer un trait sur les gens à qui je tiens et t’en fait partit … ». T’hausse les épaules. Un soupir qui s’échappe. T’ne sais plus trop quoi lui dire.  


Code by Fremione.



C'est vide là. Dans toutes les pièces là. Dans tous les cœurs là. C'est plus la même là. C'est vide là. Où y avait les rires là. Où y avait la fête là. Et ça fait mal là. Alors on danse encore. Sur les mêmes musiques, les mêmes pas. On s'embrasse on s'embrasse encore plus fort. Comme si c'était là la dernière fois. Aussi loin que tu pars...Ton sourire en écho. Ton sourire en écho. Reste là sur ma peau

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



all we do

MessageSujet: Re: come back + charlie&sarah   

Revenir en haut Aller en bas
 

come back + charlie&sarah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» R.M.S TITANIC IS BACK!
» Elections US: Sarah Palin plus populaire que McCain
» Flash-Back with Hitsu [PV: Zelles Hitsugaya]
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ALL WE DO :: Archives rp-